L'IRT Jules Verne a lancé, mi-avril, un projet de recherche industrielle dédié à la thématique du stockage embarqué de l’hydrogène liquide en partenariat avec des industriels de l'aéronautique, de l'automobile et de la défense. Le consortium vise à optimiser les volumes des réservoirs, tout en conservant l’espace nécessaire pour le transport de passagers ou de marchandises.

Rouler, voler, naviguer à l’hydrogène liquide ? C’est l’objectif visé par le programme lancé par l’IRT Jules Verne le 20 avril dernier, centré sur le développement d’un réservoir à hydrogène liquide pour l’embarqué. Un premier projet, appelé « Nomade », se concentre sur la question du maintien thermique à ?253 °C (sinon l’hydrogène bout) de ces réservoirs cryogéniques. « Dans un second temps, une fois les aspects de sécurité résolues grâce au projet Nomade, nous travaillerons sur la partie structure du réservoir (durabilité, allègement) », précise Thomas Pannelier, chef du projet Nomade à l’IRT Jules Verne.