Investissement public massif, choix du type d'hydrogène à privilégier, stratégies d'import-export, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) n'est pas convaincue par les stratégies de déploiement de l'hydrogène en Europe et en France. Elle a exprimé ses réserves lors de la Conférence H2 Entreprises, qui s'est déroulée lundi 10 janvier au ministère de l'Economie et des Finance à Paris.

Le débat sur l’hydrogène bouillonne. La Commission de régulation de l’énergie (CRE) – autorité administrative indépendante chargée de veiller au bon fonctionnement des marchés de l’électricité et du gaz en France – a exprimé de vives réserves quant aux ambitions démesurées des acteurs de la filière hydrogène, à l’occasion de la Conférence H2 Entreprises, lundi 10 janvier au ministère de l’Economie et des Finances à Paris.

Organisé par deux associations professionnelles (l’Institut Orygeen et la Plateforme Verte), l’événement est dédié aux entreprises souhaitant intégrer la molécule légère dans leurs stratégies. Il a pris la forme de tables rondes, au cours desquels des acteurs industriels et institutionnels, dont la CRE, ont pu échanger sur la question de l’hydrogène renouvelable. Et soulever des doutes.