Pour connaître l’impact de ses futurs « avions verts », Airbus va utiliser deux planeurs pour une campagne de tests, l’un équipé d’un moteur hydrogène, l’autre d’un moteur au kérosène, afin de comparer les traînées émises à haute altitude par chacun.

Il n’est pas censé émettre de dioxyde de carbone, contrairement aux appareils actuels qui volent grâce au kérosène. Mais quel sera l’impact sur les émissions de gaz à effet de serre du futur «avion vert» équipé d’un moteur à hydrogène ? Pour répondre à cette question, Airbus UpNext, une filiale à 100 % de l’avionneur européen, va lancer un programme d’essais en vol afin d’étudier les traînées produites par un moteur à combustion à hydrogène.